Le forum des Entomovores Index du Forum

Le forum des Entomovores
Le forum dédié à l'entomophagie: manger des insectes comestibles, en trouver, en élever, se documenter, partager, échanger, en parler. But: lancer le mouvement Entomovore! Nous avons créé un nouveau forum: entomovores.org

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Renseignement pour un projet

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des Entomovores Index du Forum -> Entomovores, késako? -> Questions/Réponses/Sondages sur l'entomophagie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
MessagePosté le: Ven 1 Nov - 19:02 (2013)    Sujet du message: Renseignement pour un projet Répondre en citant
Bonjour,
 
Nous sommes étudiants en économie et dans le cadre de nos cours, nous devons créer un business d'un projet dans l'alimentaire. Nous avons dans l'idée de créer un commerce vendant des produits à base d'insecte.  Ayant comme base la vente sur internet avec livraison aux particuliers ainsi qu'à des magasins spécialisés.
Nous pensions créer 4 produits: croquette aux fourmis , nugget aux vers de farine, beignet aux grillons, beignet aux vers de farine.


N'ayant aucune connaissance dans ce domaine, nous n'avons aucune idée des goûts qui se mélangent ou pas, sur le marché des insectes en lui-même(quelle est la demande en Europe?), des coûts d'importation des insectes, sur le produit en lui-même(les insectes), des législations,..

Nous sommes preneur de toutes informations en rapport à ce projet.
 
Je vous remercie de votre temps,
Bien à vous.
Jeremy Cabu


MessagePosté le: Ven 1 Nov - 19:02 (2013)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
MessagePosté le: Ven 6 Déc - 12:01 (2013)    Sujet du message: Renseignement pour un projet Répondre en citant
 salut,


  je suis en train de faire un plan d'affaire en vue de la création d'une ferme d'insectes.
je viens de tomber sur ton message, j'ai une tonne de données en VRAC si tu es intéressé, je te les envoie.


  Cordialement.


MessagePosté le: Lun 9 Déc - 15:52 (2013)    Sujet du message: Renseignement pour un projet Répondre en citant
Bonjour a tous, 


Je serai intéressé par tes informations, tu pourrais me les envoyer aussi?

Merci beaucoup.


MessagePosté le: Mar 10 Déc - 12:01 (2013)    Sujet du message: Renseignement pour un projet Répondre en citant
salut, 


il va falloir que tu face un gros rangement, ce sont des données parfois en double, dont j'ai l'intention de me servir pour faire mon business plan, j'ai fait plusieurs dizaines d'heures de recherche pour les recueillir.






NOTES :


-   PATRICK DURST    FAO BANGKOK  Peut aider à la création


-   Une entreprise peut être considérée comme jeune entreprise innovante (JEI) si elle engage au moins 15 % de ses charges pour des dépenses de recherche et développement.


-  Université de Wageningen (Pays-Bas)


-  Produire un kilo de viande de porc entraîne l’émission de 10 à 100 fois plus de gaz à effet de serre que produire un kilo d'insectes comestibles.
  A poids égal, le cochon produit 8 à 12 fois plus d’ammoniac ( polluant des nappes phréatiques ) que les criquets, et jusqu’à 50 fois plus que les sauterelles ! 


En savoir plus: http://www.maxisciences.com/%e9levage/ges-l-elevage-d-insectes-comestibles-…
Copyright © Gentside Découvertes


-  La consommation d'insectes est d'ailleurs d'un bon intérêt nutritionnel, et même plus saine que la viande (pas de parasites, résidus de médicaments, antibiotiques        etc...). 100 grammes de criquets contiennent 72 % de protéines.


-


Ces chiffres fiables parlent de 250 espèces d'insectes consommées en Afrique, 549 au Mexique, 180 en Chine, et 160 dans la région du Mékong. Bien que le Japon ne soit pas un pays tropical, diverses espèces d'insectes sont largement consommées, en particulier les guêpes. Très sérieusement, des spécialistes de la FAO suggèrent que la consommation d'insectes pourrait constituer une précieuse source de nourriture en situation de crise (sécheresse, famines…). Il suffirait juste de s'y habituer ou, plutôt, de généraliser une pratique alimentaire connue dans le monde entier et depuis la nuit des temps.








Organismes certificateurs
Adresse


Tél. / internet


ECOCERT SAS - FR-BIO-01
BP 47 - 32600 L’ISLE JOURDAIN
05 62 07 34 24 www.ecocert.fr




AGROCERT - FR-BIO-07
4 rue Albert Gary - 47200 MARMANDe






05 53 20 93 04 www.agrocert.fr
CERTIPAQ - FR-BIO-09
56 rue Roger Salengro - 85013 LA ROCHE SUR YON


02.51.05.41.32 www.certipaq.com










Bureau Veritas Certification France
(Qualité France) - FR-BIO-10
ZAC Atalante Champeaux, 1-3 rue Maillard de la Gournerie - CS 63901 - 35039 RENNES Cedex
02 99 23 30 83 www.qualite-france.com
SGS ICS Food Product Department - FR-BIO-11
191 av Aristide Briand - 94237 CACHAN Cedex
01 41 24 83 13 www.fr.sgs.com








CERTISUD - FR-BIO-12
70 avenue Sallenave - 64000 PAU
05 59 02 35 52 certisud@wanadoo.fr








CERTIS - FR-BIO-13
Immeuble Le Millepertuis - Les Landes d'Apigné 35650 LE RHEU
02 99 60 82 82 www.certis.com.fr/
Bureau Alpes Contrôle - FR- BIO-15
3 impasse des Prairies - 74940 ANNECY LE VIEUX
04 50 64 06 75 contact@alpes-contrôle.fr










QUALISUD - FR-BIO-16 15 avenue de l’Océan - 40500 SAINT 05 58 06 15 21 SEVER contact@qualisud.fr






http://www.maxisciences.com/%E9levage/ges-l-elevage-d-insectes-comestibles-…
Copyright © Gentside Découvertes




Le conditionnement est le même pour chaque sachet découverte : un absorbeur d’oxygène et un déshydrateur argile. Tout ceci, dans le but de vous garantir la fraîcheur de votre pack découverte pendant une durée d'un an.








VERS DE FARINES
POIDS D'INSECTES MIS EN OEUVRE 60g
POIDS NET 1Og
  
deux produits finaux différents: les protéines et les biopolymères durables. le but est de produire des farines protéinées et de la chitine à partir de l’élevage d’insectes








Il existe plus de 1500 espèces d’insectes comestibles de par le monde. Dans certaines parties du monde, ces insectes sont considérés comme des mets raffinés. En plus d’être très économiques, les insectes comestibles sont également très nutritifs. Ils contiennent plus de protéines que dans la plupart des viandes et des poissons.


Parce que les insectes sont des animaux à sang froid, ils n'utilisent pas l'apport énergétique de l'alimentation pour maintenir leur température corporelle. En moyenne, les insectes consomment seulement 2 kg de nourriture pour produire 1 kilo de viande d'insecte. Le bétail, à l'autre bout du spectre, nécessite 8 kg de nourriture pour produire 1 kg de viande.


dans 100 grammes de grillons, il y a quatre fois plus de protéines que dans 100 grammes de poulet, selon la FAO. 




" Les insectes Micronutris sont nés et élevés en France et nourris à partir d'aliments issus de l'Agriculture Biologique française "


"Un de nos engagements phare est d'intégrer et de valoriser les produits régionaux en ne fournissant aux insectes pour leur croissance que des aliments issus de l'agriculture biologique locale".






l'élevage de grillons et de vers de farine «parce qu' ils sont très riches en protéines, en oméga 3, en minéraux et vitamines et très pauvres en graisse. C'est donc un aliment idéal.» Ils offrent aussi l'avantage de pouvoir être consommés dans leur totalité, contrairement au bœuf, par exemple, dont on ne mange ni la peau ni les os. Les insectes sont nourris avec des fruits, des légumes frais et des farines de blé et d'orge bio et élevés dans des caisses en plastique initialement vouées au stockage de viande. Les vers, élevés dans des unités de croissance dont le taux d'humidité est de 60%, sont prêts à être mangés à 12 semaines. Les grillons, eux, sont «à point» à huit semaines. Comme les tourteaux, ils sont ébouillantés avant d'être séchés.


En 2050, il y aura 9 à 10 milliards d'hommes sur Terre et les modes de production traditionnels de protéines (élevages de bœuf, porc, mouton..., culture de soja), qui nécessitent une occupation toujours plus grande des sols et sont polluantes, ne pourront que partiellement répondre à la demande en aggravant malheureusement la situation environnementale. L'élevage d'insectes comestibles nécessite une surface au sol 10 fois inférieure à celle de n'importe quel autre élevage de viande, génère 10 à 100 fois moins de gaz à effet de serre, 50 fois moins d'ammoniac, nécessite très peu d'eau et ne dégage pas de méthane. Pour produire 1 kg de bœuf, il faut 10 kg de végétaux alors que pour la même quantité on produit 10 kg d'insectes.»




Ils sont également riches en acides aminés essentiels, en vitamines et en minéraux , excellents à déguster.
L’élevage en général et en particulier celui des bovins pose de sérieux problèmes environnementaux. En effet, cette activité représente à elle seule plus de 70% des terres agricoles. De plus, l’élevage favorise les émissions de gaz à effet de serre tels que le NO2, le CH4 ou encore le CO2 sans oublier que ce secteur épuise environ 8% des réserves d’eau dans le monde. En Europe par exemple, c’est l’un des premiers facteurs de la perte de la biodiversité et de la déforestation. Avec un taux de conversion assez élevé en denrées alimentaires, les insectes comestibles comme les grillons par exemple ont besoin en nourriture largement plus faible par rapport aux bovins. De plus, leur émission de gaz à effet de serre est très faible. En outre, certains insectes comme les criquets offrent un rendement en viande après transformation plus important. Cela dit, ils constituent une alternative très intéressante à la production conventionnelle de viande ou d’autres sources de protéines.


Dans de nombreux pays, comme le Pérou, l'Afrique du Sud, la Thaïlande, l'Indonésie, la Chine, l'Australie, le Japon ou encore le Mexique, elle fait partie des mœurs alimentaires au même titre que notre charcuterie, nos escargots ou le fromage.
250 espèces d'insectes consommées en Afrique, 549 au Mexique, 180   en Chine, et 160 dans la région du Mékong. Bien que le Japon ne soit pas un pays tropical, diverses espèces d'insectes sont largement consommées, en particulier les guêpes.


Dans certaines régions du monde, on vend des insectes pour leurs vertus homéopathiques et leur teneur en vitamines.


Mais si l’on veut vraiment que les consommateurs occidentaux acquièrent un goût pour les insectes, l’astuce consisterait peut-être à leur donner un air plus mangeable. 


 
La plupart des aliments que nous consommons ne conservent pas leur forme originale, le steak que nous mangeons ne ressemble pas du tout à une vache. Il est naturel, pour qu’ils soient acceptés par le plus grand nombre, que l'on donne une autre apparence à ces insectes, de sorte que, quand les gens les mangent, ils ne soient pas obligés de les regarder dans les yeux ». 








Mais s’il est peu probable, d’après les experts, que les insectes jouent un rôle crucial dans l’éradication de la faim dans le monde, ceux-ci voient de gros avantages à concevoir des techniques d’élevage d’insectes susceptibles de contribuer au développement rural. 


Caractérisation des propriétés structurelles et fonctionnelles des produits issus d’insectes
Techniques d’élevage industriel
Techniques d’isolation/extraction des nutriments
Techniques de stabilisation des insectes sous forme de matières riches en protéines
Techniques de valorisation des sous-produits de la bioraffinerie en produits à haute valeur ajoutée




  Peu de personnes savent que les insectes font partie de la grande famille des Arthropodes et sont donc de proches cousins des crustacés (crabes, crevettes etc…).
La Fun alimentation connait une ascension fulgurante en France et dans le monde.


Sous certaines conditions nous sommes ouvert au dropshipping. 
Savez vous qu'à portion équivalente le criquet contient 62% de protéines contre 23% pour le poulet, 20% pour le bœuf et 17% pour le porc. Le grillon est bon par nature, pour les papilles et le corps !


Pour envisager l’insecte comme une ressource alimentaire durable et pérenne, il faut nécessairement être porteur d’une vision innovante.


Caractérisation des propriétés structurelles et fonctionnelles des produits issus d’insectes
Techniques d’élevage industriel
Techniques d’isolation/extraction des nutriments
Techniques de stabilisation des insectes sous forme de matières riches en protéines
Techniques de valorisation des sous-produits de la bioraffinerie en produits à haute valeur ajoutée


COMMENT CERTIFIER UNE DLC ?????
après avoir travaillé le produit on peut le congeler à nouveau














REGLEMENTATION :
 Législation concernant les élevages d'insectes


A ce jour en France il n'existe aucune législation spécifique aux élevages d'insectes destinés à la consommation humaine.


Mais il existe bien une législation générale relative aux élevages d'insectes.
Cette législation fait la distinction entre espèces domestiques et non domestiques.


  Espèces domestiques 


En ce qui concerne les insectes, les espèces considérées comme domestiques sont:
 - Le ver à soie (Bombyx mori).
 - Les variétés domestiques de l'abeille (Apis sp.).
 - Les variétés domestiques de la drosophile (Drosophila sp.)
Extrait de l'arrêté du 11 août 2006 fixant la liste des espèces, races ou variétés d'animaux domestiques -> http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000789087&…
Pour l'élevage de ces espèces se référer à l'arrêté du 25 octobre 1982 relatif à l'élevage, à la garde et à la détention des animaux


  Espèces non domestiques 


Toutes les autres espèces d'insectes (et euarthropodes terrestres en général) sont considérées comme non domestiques.
En conséquence, la détention de telles espèces est soumise à une autre réglementation. Cette dernière fait la distinction entre établissements d'élevage et élevages d'agrément.
Lien vers site qui explique tout cela -> http://www.developpement-durable.gouv.fr/Etablissements-d-elevage-et.html


Arrêtés:
L'arrêté du 10 août modifié relatif aux élevages d’agrément d’animaux d’espèces non domestiques -> http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DGALN_-_AM2004elevagesvent…
L'arrêté du 10 août modifié relatif aux établissements d’élevage, de vente, de location, de transit ou de présentation au public d’animaux d’espèces non domestiques -> http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DGALN_AM_10_08_04et.pdf


La réglementation pour les établissements d'élevages requiert notamment l'obtention d'un certificat de capacité pour l'élevage de ces espèces et d'une autorisation d'ouverture de l'établissement.
Lien vers le détail des différentes catégories des établissements d'élevage d'espèces non domestiques -> http://droit-finances.commentcamarche.net/legifrance/22-code-de-l-environne…
Notez que sont concernés:
 - les "établissements d'élevage d'animaux d'espèces non domestiques, de vente, de location, de transit, ainsi que l'ouverture des établissements destinés à la présentation au public de spécimens vivants de la faune locale ou étrangère"
 - les "établissements scientifiques"
 - les "établissements d'enseignement"
 - les "établissements et instituts spécialisés dans la recherche impliquant la personne humaine, dans le contrôle biologique et dans les productions biologiques"
 - les "établissements professionnels de chasse à caractère commercial visés à l'article L. 424-3"
La réglementation concernant les établissements d'élevages destinés à la vente est détaillée ici -> http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-animaleries.html 
Si vous ne faîtes pas partie des catégories ci-dessus (élevages personnels, à but non lucratif...) vous n'êtes pas concernés par cette réglementation.


En revanche vous êtes théoriquement concerné par la réglementation relative aux élevages d'agrément; voir arrêté du 10 août modifié relatif aux élevages d’agrément d’animaux d’espèces non domestiques -> http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DGALN_AM_10_08_04et.pdf
Cependant, en ce qui concerne l'élevage d'agrément d'insectes non domestiques, non protégés, non nuisibles, non dangereux, à des fins personnelles, dans un but non lucratif, en petits effectifs et ne concernant pas la présentation au public, il n'est pas formellement obligatoire de procéder aux démarches administratives. Certains élevages d’agrément d’animaux pourront être ainsi effectué en toute liberté. 
Mais d’autres nécessiteront tout de même un régime d’autorisation particulier. Ceci concernera les élevages d'agrément d'espèces protégées, dangereuses, fragiles en captivité ou pouvant porter atteintes à l’environnement. 
Tout cela est expliqué ici -> http://www.developpement-durable.gouv.fr/Detention-ou-acquisition-d-un.html


"Paperasse" et autres législations:


- Construction et instruction du dossier de demande de certificat de capacité pour l'élevage d'espèces non domestiques -> http://ethique.ipbs.fr/certif.html


- Exemple de demande d'autorisation d'ouverture d'un établissement d'élevage -> http://www.marne.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/formulaire_de_demand…


- Formulaire de demande d'autorisation préalable à la détention d'animaux d'espèces non domestiques dans un élevage d'agrément -> http://www.marne.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/formulaire_de_demand…


- Arrêté du 10 août 2004 fixant les règles générales de fonctionnement des installations d'élevage d'animaux d'espèces non domestiques -> http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000005851004#


- Régimes de détention des animaux d’espèces non domestiques, résultant de l’application de l’arrêté du 10 août 2004 fixant les conditions d’autorisation de détention d’animaux de certaines espèces non domestiques dans les établissements d’élevage, de vente, de location, de transit ou de présentation au public d’animaux d’espèces non domestiques et de l’arrêté du 10 août 2004 fixant les règles générales de fonctionnement des installations d'élevage d'agrément d'animaux d'espèces non domestiques -> http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DGALN_annexe2.pdf


- Arrêté du 12 décembre 2000 -> http://ethique.ipbs.fr/justification.html


- Arrêté du 21 novembre 1997 définissant 2 catégories d'établissements, autres que les établissements d'élevage, de vente et de transit des espèces de gibier dont la chasse est autorisée, détenant des aniamux d'espèces non domestiques -> http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000387290


- Arrêté du 25 octobre 1982 relatif à l'élevage, à la garde et à la détention des animaux -> http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=B366EE14C2FFBD625C9B124…


Codes:
Code rural et de la pêche maritime -> http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?cidTexte=LEGITEXT000006071367
Code de l'environnement -> http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?cidTexte=LEGITEXT000006074220
Code sanitaire pour les animaux terrestres -> http://www.oie.int/fr/normes-internationales/code-terrestre/acces-en-ligne/


Pour plus d'informations concernant les modalités, formalités, réglementations et législations relatives aux élevages d'insectes destinés à la vente (éventuellement pour consommation humaine et/ou animale et/ou autre), contactez la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP) de votre région ou plutôt la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) si votre département dénombre plus de quatre cent mille habitants.


Liste des DDPP et des DDCSPP de France -> http://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Liste-des-directions-departementales-de-…


Les DDPP et DDCSPP sont des directions interministérielles qui assurent entre autres le suivi des activités agricoles réparties selon différentes catégories, notamment pour les élevages d'animaux destinés à l'alimentation. Par exemple, en ce qui concerne les élevages d'insectes, les "verminières" seraient soumises aux mêmes types de contrôles que des installations de traitement de sous-produits animaux -> http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/fiche_elevages_janvier2010…




Insectes pour la consommation humaine 
De nombreux travaux soulignent l’intérêt des insectes pour la consommation humaine du fait de leur haute valeur nutritive et du faible impact environnemental lié à leur consommation. Il convient cependant de rappeler que toute espèce d’insecte ou extrait d’insecte ne disposant pas d’un historique de consommation dans l’Union européenne avant mai 1997 est soumis au dispositif d’autorisation avant mise sur le marché établi par le règlement sur les nouveaux aliments (CE) n°258/97.


Tu dis que le certificat de capacité pour l'élevage d'espèce non domestique est accessible à tout bachelier. Mais ne faut-il pas avoir une spécialité genre SVT pour obtenir ce certificat ? Je me suis quelque peu renseigné vers la DDCSPP qui m'ont affirmé que c'était le cas???










La production de masse d’insectes comestibles pour l’Homme est bien plus économique, plus écologique que les élevages classiques dont nous sommes encore aujourd’hui tributaires. Les insectes sont l’avenir de notre alimentation. 


Économie et valeur nutritive élevée sont parmi les avantages les plus connus de la consommation d’insectes 




Evoquant le déclin programmé de l'élevage de mammifères et la consommation actuelle d'insectes sur Terre,
Parce que, comme va notre monde financier, avant d'être une richesse, l'élevage de l'insecte permet des marges bénéficiaires énormes. Le travail lié à cet élevage est moindre. La prolifération est assurée. La croissance est ultra-rapide. Il n'y a aucune barrière religieuse à leur consommation dans n'importe quel pays.


A l'image du poulet aujourd'hui qui est devenu insipide la majeure partie du temps, l'insecte répond formidablement à tous les objectifs de profit et ne requiet que peu de manutention .


. Les insectes ont l’avantage de se reproduire très vite : « ils ne prennent pas de place, on les dispose dans des bacs, on les nourrit une fois par jour avec des fruits et légumes », explique Romain Fessard. Des lampes spéciales pour réguler la température permettent de se rapprocher de l'acclimatation naturelle des insectes afin qu’ils se reproduisent plus rapidement.
Mais surtout : l'élevage des insectes a  le gros avantage d'être très facilement industrialisable, hors sol, hyperrentable




Les chenilles d’Afriques font partie des insectes comestibles les plus pourvus en protéines et éléments minéraux. Pour preuve, on peut obtenir près de 53 grammes de protéines, 15 grammes de lipides et 17 grammes de glucides avec 100 grammes de chenilles séchées. De plus, elles apportent à l’organisme une importante quantité de minéraux comme le fer, le calcium, le potassium, le zinc, le phosphore, le magnésium ainsi que de nombreuses vitamines indispensables. Ces insectes ont également une valeur énergétique très appréciable pouvant atteindre les 430 kilocalories pour 100 grammes. En outre, des études ont prouvé que 100 grammes de ces chenilles procurent environ 100% des besoins quotidiens en vitamines et en minéraux.






            Insectes © Cook Shoot - 2013
Cédric Auriol est le fondateur et gérant de Micronutris. La start-up de Saint-Orens vient de se voir décerner le prix coup de cœur Inn’Ovations au salon Midinnov pour sa barre énergétique à base d’insectes comestibles. Cédric Auriol revient sur le concept novateur de Micronutris qui consiste à incorporer des insectes dans l’alimentation courante pour faire face à nos besoins en protéines. Déjà en contact avec des distributeurs, le jeune dirigeant nous dévoile ses objectifs de développement.


http://www.micronutris.com/
la zootechnie?????????????????????????????????????????????????????????????
www.mangeons-des-insectes.com 
i vous êtes allergique aux crustacés, ne consommez pas de produits JIMINI’S, inutile de finir l’apéro aux urgences.


LS SONT PEU GOURMANDS
10 kg de nourriture donnent 9 kg d’insectes contre seulement 1 kg de boeuf. Avec ces économies, on pourrait notamment réduire l’impact de la déforestation induite par les plantations de soja nécessaires à l’alimentation animale !
ILS ÉMETTENT PEU DE GAZ À EFFET DE SERRE
99% de moins que l’élevage traditionnel qui est responsable de 20% des émissions mondiales de CO2.
ILS GRANDISSENT VITE
Quelques mois pour un criquet contre plusieurs années pour une vache.
ILS S’ÉLÈVENT FACILEMENT
Les insectes représentent 80% de la biomasse terrestre, de quoi nourrir plusieurs fois la planète avec 1900 espèces comestibles !


Les insectes sont une source importante de protéines et vitamines. Ils sont riches en omégas 3 et 6, mais aussi en minéraux. Et en plus, ils sont naturellement pauvres en graisse ! 
les insectes contiennent les mêmes allergènes que les crustacés. Si vous pensez être allergique aux crustacés, n’hésitez pas à consulter un allergologue et ne prenez pas de risque.






Jean-Baptiste de Panafieu   Auteur, réalisateur et conseiller scientifique, Jean-Baptiste de Panafieu se tient à la croisée de la science, de l’écriture et de l’image, au service de la vulgarisation scientifique et de la diffusion du savoir.


Né en 1955, il passe l’agrégation de sciences naturelles, afin d’enseigner la biologie. En 1996, il devient docteur en océanologie biologique. Il abandonne l’enseignement en 1997 pour se vouer entièrement à l’écriture et à la réalisation. Il est l’auteur d’une cinquantaine d’ouvrages sur la nature et les sciences, à destination des jeunes ou du grand public, ainsi que de documentaires pour la télévision. Il conçoit également des expositions, crée des jeux de société et donne des conférences, toujours sur ses sujets de prédilection tels que l’évolution, la préhistoire, l’écologie, l’alimentation ou les animaux  


s », la société « Micronutris » produit et commercialise des insectes alimentaires : « Depuis fin 2012 notre unité de production d'insectes pour l'alimentation humaine est opérationnelle (nourriture bio de nos insectes, traçabilité, contrôle microbiologique), c'est à ce jour la seule unité de productions d'insectes pour l'alimentation humaine en Europe » explique Cédric Auriol, gérant de Micronutris. « Nous prévoyons de produire 15 tonnes d'insectes en 2013 (grillons domestiques et vers de farine) et travaillons actuellement au développement de produits grand public à base d'insectes, notamment une barre énergétique qui devrait apparaitre dans les linéaires des distributeurs fin 2013 »


 


L’organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a lancé lundi 13 2013 mai un programme pour inciter à l'élevage et à la consommation d'insectes, très nutritifs, écologiques


Pour plus de détails, consultez les directions départementales des services vétérinaires (DDSV au sein des DDPP) qui assurent :


pour les élevages d'agrément (voir l'Arrêté du 10 août 2004 fixant les règles générales de fonctionnement des installations d'élevage d'agrément d'animaux d'espèces non domestiques), l'instruction des demandes d'autorisation de détention de certaines espèces,
pour les établissements détenant des espèces non domestiques (autres que le gibier dont la chasse est autorisée) comme les animaleries, les parcs zoologiques, les aquariums, les cirques, les centres de soins pour animaux de la faune sauvage, l'instruction des demandes d'autorisations d'ouverture, prenant en compte la qualité des installations et le fonctionnement de ces établissements, ainsi que les demandes de certificats de capacité relatifs à la compétence des responsables des activités en rapport avec les animaux ; le certificat de capacité est une exigence préalable à l'octroi de l'autorisation d'ouverture, 


pour ces deux types d'établissements, le contrôle des autorisations délivrées, au regard de l'origine et l'utilisation des animaux ayant le statut d'espèces protégées, la prévention des risques écologiques, la sécurité des personnes.
Ces autorisations administratives (certificats de capacité, autorisations d'ouverture, autorisations de détention) sont attribuées par le Préfet.
Depuis fin 20




Comme pour soutenir la culture d'OGM, il est encore question de faim dans le monde et de l'appauvrissement supposé de notre planète. Je reste convaincue que l'enjeu de la consommation d'insectes est économique et n'a rien d'altruiste. On peut imaginer les problèmes de maîtrise de tels élevages à grande échelle. Le risque écologique de la prolifération d'insectes est important. Se détourner des autres élevages est aussi un risque pour l'éco-système.


Romain Fessard est le premier à avoir lancé sa boutique en ligne, « Insectes comestibles », en septembre 2009


agri protein South Africa
LATELEBIO.COM
agrobiotech Gembloux de l'ULg.
http://www.comby.org/insect/recettfr.htm
MICHEL COLIN Bretagne ENTOMOLOGISTE de renom


Pour contourner les freins liés aux habitudes alimentaires, la société va transformer l’essentiel de sa production d’insectes en ingrédients de base. Un partenariat est en cours avec l’École d’ingénieurs de Purpan pour la formulation d’une gamme de barres énergétiques, dont la sortie sur le marché est prévue à l’automne. En attendant, les premiers insectes déshydratés de Micronutris sont proposés à la vente directe sur internet.


Des cacahuètes aux vers de farine, des macarons aux grillons, ou des chocolats aux insectes élaborés par le maître chocolatier Guy Roux.
   MICONUTRIS    est EAP  GROUP    et   un site de vente s'appellant "MANGEONS DES INSECTES .COM"


le potentiel de consommation est bien plus vaste. A tel point qu' un programme a été lancé pour encourager l'élevage à grande échelle des insectes, élément nutritionnel peu cher, écologique et... "délicieux". A la FAO, /  FOOD AND AGRICULTURE ORGANIZATION / ONU
la FFPIDI  CHERCHER  !!!!!!




les services de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DDCCRF), 


La mise sur le marché d’insectes pour la consommation humaine est-elle autorisée en France ?
La mise sur le marché d’insectes pour la consommation humaine entre dans le champ d’application du règlement (CE) n°258/97sur les nouveaux aliments. Ce règlement soumet, depuis le 15 mai 1997 (date d’entrée en vigueur du règlement), tout nouvel aliment à autorisation communautaire avant mise sur le marché. Est défini comme nouvel aliment toute denrée alimentaire dont la consommation humaine est restée négligeable dans l’Union européenne avant la date du 15 mai 1997. Les nouveaux aliments font l’objet d’une procédure européenne d’évaluation avant leur mise sur le marché. Cette évaluation vise à démontrer que le nouvel aliment ne présente pas de danger pour le consommateur, n’induit pas le consommateur en erreur et ne crée pas d’inconvénients nutritionnels pour le consommateur, c’est-à-dire ne présente pas une trop grande différence nutritionnelle avec le produit qu’il est censé, le cas échéant, remplacer. 
Ainsi, la mise sur le marché d’insectes pour la consommation humaine est subordonnée soit au dépôt d’une demande d’autorisation et à la démonstration de l’innocuité pour le consommateur (au titre du règlement sur les nouveaux aliments) ; soit à la démonstration d’une consommation significative de la denrée avant 1997 dans l’UE (dans ce cas, on sort du champ d’application du règlement sur les nouveaux aliments et la denrée peut être mise sur le marché sans plus de formalités, l’historique de consommation valant démonstration de la sécurité). Le choix de procéder selon l’une ou l’autre des possibilités est de la responsabilité première de l’opérateur.


LE CYCLE BIOLOGIQUE D'UN INSECTE EST TRÈS COURT






CONTACTER ÉCOLES AGRICULTURE  RECHERCHES AGRONOME, INNOVATION DURABLE.


LEGISLATION :


La législation est très floue concernant les insectes. 
Contrairement à ce qui est dit plus haut, aucune loi n'interdit la consommation de quelque viande que ce soit, du moment que l'espèce n'est pas considérée comme protégée par des lois nationales ou internationales. Il est par conséquent parfaitement légal de manger et vendre des insectes... tout autant que la viande de chien et de chat.


Le problème est plutôt dans la production, et la provenance des insectes : il n'existe absolument aucune législation concernant l'élevage d'insectes dans le but de consommation. Du coup la DDSV refuse de donner son accord car législation trop floue.


Deux solutions donc :
- prendre le risque et faire ça "à l'arrache", c'est ce que font la plupart des organisateurs d'évènements qui font ça en ce moment.
- trouver un élevage à l'étranger qui suit bien les règles imposées dans son pays, prévenir la DDSV en France et exposer le projet et les références du producteur, et si tu as leur autorisation tu fonces.
Sources :
DDSV à qui j'ai posé la question récemment dans le cadre de l'organisation d'un évènementiel.
• Il y a 3 ans




vous serez confrontés à de grosses difficultés lors de l’examen de passage à la direction départementale des fraudes.


Quelques textes et formulaires importants !


Arrêté du 10 août 2004
Fixant les règles générales de fonctionnement des installations d'élevage d'agrément des animaux d'espèces non domestiques
                                                         
CERFA 12447*01
Demande d'autorisation de détention d'animaux d'espèces non domestiques (pour commencer un élevage d'agrément), à envoyer en Recommandé avec AR à votre Préfecture
 
CERFA 12448*01
Registre des entrées et sorties d'animaux d'espèces non domestiques dans un élevage d'agrément, à faire parapher vierge par votre maire, votre préfet, votre sous-préfet, ou votre commissaire de police
 
CERFA 07-0362 
Inventaire permanent des entrées et sorties d'animaux d'espèces non domestiques détenus en captivité, à faire parapher vierge par votre maire, votre préfet, votre sous-préfet, ou votre commissaire de police
 
CERFA 07-0363 (non encore accessible en ligne)
Livre journal des mouvements d'animaux détenus en captivité, à faire parapher vierge par votre maire, votre préfet, votre sous-préfet, ou votre commissaire de police
 
Liste des préfectures départementales
- pour toutes informations relatives au Certificat de Capacité
- pour toutes demandes relatives aux élevages d'agrément
- pour toutes demandes relatives à la présentation d'insectes au public (salons, expositions...)
- pour le paraphe des registres vétérinaires d'entrées/sorties d'animaux vivants










exploitant d’usines de valorisation de biomasse appelées bioraffineries d’insectes. La première génération de bioraffineries
En 2010, la DGCIS lançait l’appel à projet : « Projets de partenariats technologiques européens ». Objectif : permettre aux PME agroalimentaires françaises d’être plus concurrentielles à l’international. Agrimip Sud-ouest Innovation, Valorial® et Vitagora®, trois partenaires du super-pôle agroalimentaire F2C-Innovation (que vous connaissez désormais sur le bout des doigts ! ) ont répondu à cet lire la suite »


Cassolette d’escargots de Bourgogne
Cuisses de grenouille à l’aïoli
Tripes à la mode de Caen
Pieds de porc aux lentilles
Cervelle de veau en beignet…
Si à la lecture de ces noms de plat, vous faites déjà la grimace, on est mal barrés car aujourd’hui


Au fait, qui sont les acheteurs ? 1) Ceux qui aiment le ludique 2) ceux qui ont déjà mangé des insectes à l’étranger 3) ceux qui cherchent une nourriture "saine", répond Cédric Auriol. En gros, la clientèle du bio et celle qui fuit les protéines classiques, effrayée par les crises alimentaires. A quand le scandale de la sauterelle folle ?
bruno comby amoureux des insectes à sorti un livre


des vers de farine goût pizza, ou curry. Des criquets goût texmex…


a viande de bœuf ne contient que « 47 % de protéines », contre « 74 % pour la sauterelle ».


la DDSV refuse de donner son accord car législation trop floue.




Le développement durable dans nos assiettes


Eva Ursula Müller












micronutris;
Nous avons commencé la commercialisation de nos insectes il y a six mois et nous écoulons déjà tous nos stocks, assure Cédric Auriol, fondateur de Micronutris. L'objectif est de produire 15 tonnes en 2013 et 120 tonnes en 2014. » Il compte ainsi créer une trentaine d'emplois sur son site toulousain, contre six aujourd'hui, d'ici à 2016.


Le lancement du projet public « Désirable » début 2013 est l'un des plus ambitieux d'Europe. Financé par l'Agence nationale de la recherche (ANR), il vise à mettre en place une filière insecte, via la collaboration de 2 entreprises privées et de 9 laboratoires publics de recherche. Plus précisément, l'idée est d'utiliser « des déchets agroalimentaires jusqu'ici non valorisés, afin de nourrir les insectes, ajoute Samir Mezdour, chercheur à AgroParisTech et coordinateur du projet. 


D'autant que les insectes, plus éloignés des autres animaux sur le plan génétique, limitent le risque de maladies dégénératives de type « vache folle »


Les insectes prochainement dans les supermarchés
Si les insectes deviennent une marchandise comme la viande animale, il faut adapter leur élevage et leur consommation à l'industrie alimentaire. En effet, si cette habitude alimentaire se développe rapidement dans les pays du nord, il faudra limiter le chasse dans la nature pour ne pas faire disparaître certaines espèces et développer l'élevage intensif. Aujourd'hui, à l'achat un grillon coûte 0.5 euros l'unité. Ce chiffre excessif montre qu'il faut faire reproduire les insectes rapidement dans les élevages suivant les méthodes des nombreuses études qui ont été faites.


face au défi que représente l’accroissement de la population mondiale. Les surfaces agricoles n’étant pas extensibles, il va donc falloir trouver des alternatives et l’entomophagie pourrait en être une.
les qualités nutritives de ces drôles petites bêtes, très riches en protéines, en fer et en zinc.


10 kg de matière végétale sont nécessaires pour produire 1 kg de viande, là où la même quantité de végétaux permettrait de produire… 8 kg d’insectes. Arnold van Huis affirme également qu’un élevage d’insectes dégage  100 fois moins de gaz à effet de serre qu’un élevage de porcs. L’explication : les insectes, animaux à sang froid, ne brûlent pas de calories pour maintenir leur corps à température et croissent beaucoup plus vite que des mammifères.


Elle pourrait même être une alternative efficace à la malnutrition tant certains insectes sont riches en protéines et vitamines.
C'est une entreprise novatrice
IL SOUHAITE PROMOUVOIR LES INSECTES À TRAVERS L'INFORMATION LIBRE : ARTHUR PICERNA


Arthur malgré son jeune âge est très impliqué dans la promotion et la vulgarisation de l'entomophagie sur le web Français / Anglophone.
Il travaille sur la création d'un site / forum entièrement consacré à l'entomophagie  :
La biologie et l'entomophagie : valeurs nutritionnelles, intérêt nutritif...
Se lancer dans l'élevage d'insectes comestibles, comment faire ? Fiche techniques et conseils
L'entomophagie dans le monde et son évolution
La solution des insectes du point de vue écologique, environementale
la liste des des insectes comestibles et non comestibles
un lieu d'échange pour passionés : recettes et astuces
Arthur est étudiant en biologie et souhaite poursuivre sa voie en se spécentilisant en entomophagie, il va être un des pionniers à faire un stage d'étude sur la production d'insectes pour une consommation humaine à l'échelle semi industrielle.
A L'INTERNATIONAL, LE PREMIER EXPORTATEUR CONSÉQUENT : LEE ROSE


Originaire de Thailande, Lee Rose a été pendant longtemps le seul à proposer de véritables insectes comestibles dédiés à la consommation humaine et à l'export.
"La Thaïlande est le pays des entomophages, et forcément on y trouve des perles que l'on est pas prêt de produire en France, je pense notamment aux tarentules."
Son site internet donne de nombreuses infos relatives à l'entomophagie.
Sur multivores nous vendons certains produits issus de productions en Thaïlande, les produits sont de bonne qualité mais pour ce qui est des larves de ténébrions ou des grillons nous vous encourageons à consommer Français : la gastronomie et la France c'est quand même une grande histoire.
Pour suivre Lee Rose c'est par ici : https://twitter.com/#!/bizarrefood1
GIRL MEETS BUG : UN BLOG FUN ET COMPLET SUR LE SUJET (US)


"On peut être charmante et aimer l'extrême food, cette blogeuse en est la preuve!"
http://edibug.wordpress.com est un blog archi complet sur la thématique des insectes comestibles. Vous y trouverez notamment un article très riche avec la liste des insectes comestibles par l'homme ici : http://edibug.wordpress.com/list-of-edible-insects/
A ma connaissance il n'y a pas d'équivalent en Français... pas de bol il va falloir se mettre à l'anglais. Pour ceux qui cherche où acheter des insectes comestibles à l'international le site donne à disposition une liste d'adresse où se fournir http://edibug.wordpress.com/where-to-get-bugs/ / Source de la photo : edibug.wordpress.com


http://insektenlutscher.de/pr
Accueil » insectes frits » Fried vers de farine » Mealworms séchées - Rub africaine


MEALWORMS SECS - RUB AFRICAINE
No.:
017
Délai de livraison:
 environ 2-3 jours


Au lieu de 4,00 EUR
seulement 2,99 EUR 1,993.33 EUR par kg


TVA 19% TVA plus Livraison




Ajouter au panier
1
Ajouter à la liste de souhaits


Poids unitaire: 0,0015 kg


   Bookmark






















DESCRIPTION DU PRODUIT



Après la sèche sont des vers de farine assaisonnée délicieux. Les animaux toute l'humidité a été enlevée, ils sont donc très léger et durable. Par ailleurs, ce traitement a un "0 gramme de gras» qui a convaincu pourtant tout le monde! Il n'y a pas de problèmes de santé! Ingrédients: vers de farine, coriandre, cumin, piment, poivre, thym , le persil, la muscade, le cumin, le curcuma, cannelle cassia, le gingembre, le piment, l'oignon, les graines de moutarde, l'ail, la cardamome, feuilles de laurier, le sel, le sucre de canne brut



Afin de prendre connaissance de l'opinion publique sur l'entomophagie, nous avons sondé 200 personnes sur la question suivante: "Seriez vous prêt à manger des insectes comme alternative aux viandes animales ?". Nous les avons ensuite regroupées selon leur âge:
- 40 personnes âgées de moins de 15 ans.
- 40 personnes âgées de 16 à 25 ans
- 40 personnes âgées de 26 à 39 ans.
- 40 personnes âgées de 40 à 59 ans.
- 40 personnes âgées de plus de 60 ans.


Voici les résultats obtenus:






Après une analyse plus détaillée des résultats nous constatons que les plus jeunes ainsi que les plus âgés sont plus ouverts à cette idée nouvelle. Cependant notre échantillon n'est pas assez important pour que l'étude soit totalement représentative de l'opinion publique.
Nous en déduisons que la moitié de la population étudiée n'est pas totalement réticente à cette pratique. Mais que seulement 20% serait prêt à pratiquer l'entomophagie actuellement. Il faudrait mettre en place des politiques incitatives afin de l'intégrer rapidement dans les mentalités des pays développés.


De même, les normes autorisent 75 fragments d'insectes dans 50 g de farine mais les champions au niveau de la quantité d'insectes sont les fines herbes. Le thym moulu contient entre 28 000 et 37 000 parties d'insectes par kg.
Un individu ingurgite donc à son insu en moyenne 500g d'insectes par an dissimulé dans toutes sortes d'aliments du quotidien. Cela représente 
31 500 tonnes d'insectes consommés en France par an !


Il est important de savoir que dans les pays d'Europe, les insectes sont considérés comme une denrée de luxe. Nous mangeons bien des huîtres, des escargots ou des boyaux de porc alors pourquoi ne pas manger un grillon ?


Certaines personnes ne sont pas totalement fermées à l'idée de manger des insectes mais ont besoin de se laisser convaincre.




Pour cela, la plupart des entomologistes utilise des méthodes particulières pour convaincre de nouveaux clients. Le visuel joue un rôle important dans notre envie de consommer. Il faut que les plats soient colorés et qu'il aient une forme attrayante. Pour les personnes assez réticentes, il faut commencer par "cacher" les insectes en les broyant ! Les entomologistes commencent par placer un gros insecte sur leur présentoir afin qu'il choque le public et attire sa curiosité. Le vendeur propose ensuite au consommateur potentiel des produits moins originaux qui vont l'amener à goûter, à apprécier, puis à consommer.






Dans les pays développés la publicité et le "bouche à oreilles" jouent un rôle fondamental. En effet, de nombreux consommateurs goûtent des insectes sur recommandation de leurs connaissances. Si les gouvernements veulent implanter l'entomophagie dans les mentalités européennes, il doivent lancer un effet de mode comme pour les sushis. Il faut aussi que les gens connaissent les nombreux avantages de leur consommation. Il faut donc développer la publicité entomologique.




ENTOMOPHAGIE :


http://www.courrierinternhttp://www.cyberpresse.ca/reseau/tendanational.com…
http://perso.wanadoo.fr/insectes.net/entomophagie/ent2.html
ces/
http://www.regards.fr/archives/1997/199707/199707cit05.html
http://www.comby.org/insect/interview_insectes.html
http://www.fsagx.ac.be/zg/fifi/le_programme.htm#ento
http://f.martinez.free.fr/cuisineinsecte/Homex.html


INSECTES :
http://www2.ville.montreal.qc.ca/insectarium/toile/
http://perso.wanadoo.fr/geckos/fiches/criquets.htm
http://www.ifrance.com/abc-animaux/fiches/
http://www.chez.com/delitbernadette/verasoie.htm
http://www.papillyon.fr.fm/
http://www.insectia.com/beta/f/iv_c202019.html


NUTRITION :
http://aelinik.free.fr/training31.htm
http://www.ifn.asso.fr/
http://www.dico-vitamines.com/
http://medecinesnaturelles.com/
http://www.supertoinette.com
 






Il nous a été difficile de trouver des livres traitant de l'entomophagie, et plus encore de s'en procurer. Après moult démarches, nous avons obtenu celui-ci :
" Des insectes à croquer " de l'insectarium de Montréal avec la participation du cuisinier Jean-Louis Thémistocle.
Pour plus d'informations sur l'entomophagie vous pouvez ( essayer de ) trouver les livres suivants :
- " La cuisine des insectes " par Gabriel Martinez
- "Délicieux insectes " de Bruno Comby
- " Man Eating Bugs " de Peter Menzel et Faith D'Aluisio
 








CREATEUR D'ALIMENTATION DURABLE


Les insectes comptent le nombre d’espèces le plus important sur terre ; 80% des espèces animales connues appartiennent aux arthropodes et environ 90% des arthropodes sont des insectes. Leur biomasse, estimée à 10 milliards de tonnes, représente 4 fois celle des vertébrés, soit 20 à 30 fois plus que le poids de l’humanité tout entière !


Un quart de la population mondiale consomme des insectes. En France, nous mangeons des escargots, des grenouilles, et toute sorte de mollusques. Nous mangeons même des insectes sans le savoir avec les colorants à la cochenille.
La télé réalité nous a fait découvrir des personnes consommant des bestioles dégoutantes. 
Les insectes comestibles sont plus qu'un défi, ils sont l'une des sources de protéine de demain.
Aromatisés, sucrés, salés, il existe de nombreuses manières de découvrir comment consommer les insectes. 
En toast avec du Tarama, grillés, en apéritif au gout curry, cheddar. 
Présents en abondance sur la terre, riches en protéines et minéraux, les insectes n’ont que des avantages aux yeux des experts de la FAO. Autre qualité : les billions d’insectes qui se reproduisent sans cesse sur terre, dans l’air et dans les eaux ont un faible impact sur l’environnement pendant leur vie. Alors que les bovins qui finissent en steaks dans nos assiettes sont de gros consommateurs de matière première (8 kg d’aliments pour produire un kilo de viande), les insectes sont peu gourmands (deux kilos de nourriture pour un kilo d’insectes).
Sur le plan nutritif tout d’abord. Les qualités nutritionnelles des insectes comestibles ne sont plus à démontrer. Ces derniers possèdent de grandes vertus nourricières et ne sont pas avares en protéines, lipides, minéraux et vitamines. De plus, ils sont généralement très pauvres en graisse et apportent donc peu de calories. Une fois séchés, leur teneur en protéines est deux fois plus importantes que la viande ou le poisson frais. Par exemple, certaines larves d’abeille peuvent délivrer dix fois plus de vitamine D que l’huile de foie de morue. De plus, leur intérêt gustatif et gastronomique n’est pas négligeable. Il existe des centaines de variétés d’insectes délicieux que vous pouvez cuisiner de façon simple et rapide. Certains les aiment « nature », ce n’est qu’une histoire de goût. Nous reviendrons plus loin sur l’aspect culinaire.


Sur le plan productif, l’élevage d’insectes comestibles est moins contraignant que les élevages traditionnels. Les insctes ont besoin de trois fois moins de nourriture en moyenne que le bétail pour produire un kilo de protéines. Ils représentent une source intarissable de nourriture puisqu’ils représentent 80% de la masse animale sur notre planète et peuvent répondre efficacement aux problèmes de malnutrition liés à la surpopulation humaine qui surviendra dans les décennies à venir. Ils se reproduisent en abondance et dans des espaces restreints. Ils ne nécessitent pas d’aménagements industriels lourds pour être élevés et ne demandent pas autant de préparations que la plupart des produits carnés. Beaucoup moins polluantes, certaines espèces émettent 99% de gaz à effet de serre de moins que la race bovine. L’élevage d’insectes permettrait de limiter la souffrance de nombreux animaux, répondrait aux besoins nutritionnels d’une population en croissance exponentielle et respecterait davantage l’environnement. C’est une production qui sait répondre concrètement à nos problèmes contemporains et qui est sans aucun doute une alternative incontournable pour résoudre efficacement les futurs contraintes humanitaires et écologiques.


Vous l’aurez compris, l’entomophagie n’est pas qu’un simple phénomène de mode liée à l’envie de découvrir une nouvelle forme d’expérience. Bien au contraire, c’est une tendance alimentaire qui risque fort de s’implanter durablement dans notre façon de nous nourrir. Aujourd’hui plus que jamais, les insectes comestibles représentent un potentiel indéniable dans l’alimentation de l’espèce humaine qui est confrontée à des défis majeurs dans son évolution démographique.


La FFPIDI ( Fédération Française des Producteurs, Importateurs et Distributeurs d’Insectes) est en charge du développement de la filière insectes, afin d’apporter des garanties au consommateur quant à la traçabilité et la qualité des produits proposés.


Le frein psychologique est tellement fort en Occident, que la solution réside peut être dans le fait de pouvoir rendre ces insectes invisibles pour le consommateur dans un premier temps.


Il faut rappeler qu’environ 2,5 milliards d’humains consomment régulièrement des insectes. Si la vigilance est de mise, se nourrir d’insectes comestibles n’est donc pas une pratique plus risquée que les autres types d’alimentation 


Manger des insectes peut-il sauver notre monde ? Tel est le débat lancé depuis quelques temps
compte tenu des prévisions des experts ; et même si cette pratique, peu répandue en Europe,
provoque de vives réactions, voici 10 raisons pour lesquelles nous devrions passer au delà de
notre aversion pour la consommation d’insectes comestibles et les introduire dans nos assiettes.
1. La consommation d’insectes pourrait être une solution au problème de la faim dans le
monde


2. La FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) considère
cette solution de manière très sérieuse. D’ailleurs, un congrès sur le sujet a été organisé un
peu plus tard dans l’année 
.
3. Ils se contentent de peu pour survire.


4. Il est très facile d’envisager un élevage à grande échelle tout en préservant notre
environnement.


5. Ils sont sources de textures et de goûts nouveaux. La saveur de certains insectes
pouvant même se rapprocher de saveurs existantes connues.


6. Ils sont très nutritifs. Les chenilles par exemple, fournissent à l’organisme plus de
protéines et de fer que la même quantité de bœuf.


7. De nombreux autres pays en consomment déjà. Au Cambodge par exemple, les habitants
mangent des tarentules et en Thaïlande, on se nourrit de criquets frits. Les Européens sont
très réticents quant à l’entomophagie: de par leur mode de vie et ce « dégoût » que leur
inspire la consommation d’insectes.


8. Il existe plus d’un millier d’espèces d’insectes comestibles pour l’être humain. Chacun peut
sûrement y trouver son bonheur.


9. Un restaurant mexicain situé en Angleterre a déjà commencé l’expérience et sert des
sauterelles frites au piment au menu.


10. Il y’a dans la relation à l’insecte une sorte de détachement émotionnel, contrairement à
ce que certaines personnes peuvent ressentir pour les animaux de ferme.






Définition.:    
 Le développement durable est « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures 
Alors que les bovins qui finissent en steaks dans nos assiettes sont de gros consommateurs de matière première (10kg d’aliments pour produire un kilo de viande), les insectes sont peu gourmands (deux kilos de nourriture pour un kilo d’insectes). Par ailleurs, ces « messieurs propres » de la nature utilisent moins d’eau et produisent bien moins de gaz à effet de serre que le bétail.


FARINE D'INSECTES


PRODUITS DÉRIVÉS  /biscuits    sucettes           la consommation d'insectes, qui porte le nom savant d'entomophagie,


la FAO a lancé aujourd'hui un programme pour encourager l'élevage à grande échelle des insectes, élément nutritionnel peu cher, écologique et de surcroît... "délicieux". "Notre message est : mangez des insectes, les insectes sont en abondance, ils sont une source riche en protéines et en minéraux", a plaidé Eva Ursula Müller, directrice du département des politiques économiques des forêts, en présentant ce rapport à Rome.




A la FAO, on énumère les avantages d'une production d'insectes à grande échelle : 1,8 kg d'aliments sont nécessaires pour produire 1 kg d'insectes, les poulets 2 à 4kg les porcs 6kg tandis que les bovins en exigent 10 kg et les veaux 11kg pour produire 1 kg de viande. En outre, les insectes "sont nutritifs, avec une teneur élevée en protéines, matières grasses et minéraux" et "peuvent être consommés entiers ou réduit en poudre ou pâte et incorporés à d'autres aliments". L'élevage des insectes est facile car il peut se faire à partir des déchets organiques comme par exemple les déchets alimentaires, et aussi à partir de compost et de lisier. Les insectes sont très écolo-compatibles: ces "messieurs propres" de la nature utilisent moins d'eau et produisent moins de gaz à effet de serre que le bétail.


La consommation d'insectes, qui porte le nom savant d'entomophagie, est déjà répandue depuis toujours dans les cultures traditionnelles de certaines régions d'Afrique, d'Asie et d'Amérique Latine. "Un tiers de la population mondiale mange des insectes, et c'est parce qu'ils sont délicieux et nutritifs", a plaidé Eva Ursula Müller. "Des insectes sont en vente sur les marchés de Kinshasa, sur ceux de Thaïlande ou encore du Chiapas au Mexique, et ils commencent à apparaître dans les menus de restaurants en Europe", a-t-elle fait valoir. 




Selon la FAO, "d'ici 2030, plus de 9 milliards de personnes devront être nourries, tout comme les milliards d'animaux élevés chaque année" pour satisfaire divers besoins, au moment où "la pollution des sols et de l'eau dus à la production animale intensive et le surpâturage conduisent à la dégradation des forêts"   


MessagePosté le: Mar 10 Déc - 15:36 (2013)    Sujet du message: Renseignement pour un projet Répondre en citant
Merci beaucoup c'est vraiment super!! 


Ça va beaucoup m'aider tout ça merci     Mr Green


MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:07 (2016)    Sujet du message: Renseignement pour un projet
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des Entomovores Index du Forum -> Entomovores, késako? -> Questions/Réponses/Sondages sur l'entomophagie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  




Nos liens partenaires:

     
Retour en haut de page

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com